Photos & textes :
Agathe Belot
Mathieu Jaumain

Publié le 31 mars 2021

De Lausanne, il est très facile de se rendre au départ de la randonnée qui mène au lac de Tanay. Après avoir traversé le petit village de Miex, à seulement une petite heure de voiture, on se gare au parking du Flon à côté de l’auberge du Chaudron Bleu. De ce petit parking débute le trek. 

 

Tous les chemins étant très bien baliséen Suisse, on trouve facilement le panneau indiquant la direction et le temps de la balade : Col de Tanay 50 minutes. Moins d’une heure, on se dit que ça ne sera pas très fatigant !

Si l’ascension est rapide, elle n’en est pas moins sportive ! Il s’agit d’une bonne grimpette sur des flancs de montagnes parfois raides, mais praticables.

Le chemin sillonne à travers la forêt et les rayons du soleil filtrés par les sapins rendent la promenade féérique. Les quelques fois où la végétation se fait moins dense, on découvre une vue dégagée sur la vallée et les montagnes d’en face. C’est splendide ! A chaque arrêt, on prend conscience de l’ascension parcourue et l’envie d’atteindre le col s’accroît un peu plus. Avec un bon rythme de marche vous, pouvez mettre une bonne demi-heure.  

 

Les derniers 500 mètres, toujours en dénivelé positif, sont une ligne droite au bout de laquelle on aperçoit peu à peu les versants d’une montagne.  

Arrivé au bout de cette montée, on est subjugué par ce que l’on découvre.

Au pied du versant, on s’attendait à trouver un lac, peut-être gelé, mais on n’imaginait pas tomber sur un minuscule village complètement isolé. On découvre alors de petits chalets traditionnels en bois alignés au bord d’un lac gelé et entourés de montagnes enneigées.

Ce paysage semble irréel, comme figé dans un autre temps. Tout de suite, une sensation de calme et de sérénité vous envahit.  On n’entend plus que le bruit des pas dans la neige. L’odeur du bois brûlé sortant lentement des cheminées en une fumée blanche remplit les narines, alors qu’au même moment le froid sec vous glace le visage.

On est plongé dans une atmosphère hors du temps.

On prend le temps de déambuler dans le village et d’observer ces architectures faites entièrement de bois. Non sans une petite appréhension, on ose même fouler le Lac gelé de Tanay.  

 

On se rend alors compte qu’on se trouve dans une sorte de cuvette, cernée par les montagnes. L’accès à ce village ne doit pas être aisé, et on comprend alors la raison des motos neige aperçues plus tôt, sur le parking. Il est impossible d’accéder au village en voiture et cela rend l’endroit très préservé.  

 

C’est un vrai havre de tranquillité à seulement une heure de Lausanne et quelques minutes de marche. On se sent loin, coupé de tout, comme si on était en Laponie ou dans un de ces pays nordiques. 

 

Nous avons entendu dire que le lac était aussi agréable en été, mais nous vous conseillons de vous y rendre en hiver, sous la neige. L’atmosphère du lieu y est décuplée. 
Nous avons croisé plusieurs personnes en raquette, mais nos tennis ont très bien fait l’affaire.  Nous vous conseillons également de regarder quand ont eu lieu les dernières chutes de neige afin de prendre l’équipement adéquat.  
 
Le parking est gratuit, donc pas de frais à prévoir. Cependant, il n’est pas très grand et peut être vite plein. D’autant plus que l’hiver, une partie des places est occupée par des motos neige…  
 
Nous avons fait le choix de nous rendre au Lac en hiver et en fin d’après-midi pour profiter des couleurs du coucher de soleil, mais au retour, nous avons dû descendre à la lampe torche. 
 
Le petit point négatif est qu’il est difficile de s’y rendre en transport. Depuis Lausanne, comptez au moins 2h30 de trajet, avec 2 changements, jusqu’au début de la randonnée. 

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.